Qu'est-ce que l'interdisciplinarité? : du comparatisme à l'épistémocritique dans le discours littéraire canadien

Zdrojový dokument: The Central European journal of Canadian studies. 2004, roč. 3, č. [1], s. [119]-132
Rozsah
[119]-132
  • ISSN
    1213-7715 (print)
    2336-4556 (online)
Type: Článek
Jazyk
francouzsky
Licence: Neurčená licence
Abstrakt(y)
In this paper, we propose to show that the emergency of new paradigms (cognitive sciences) and the dispensing with gap between the human and the natural sciences imply a radical change in our conception of literary theory. To clarify the nature of this change, as a starting point, we refer to the context of cognitive sciences as a confluence of many disciplines. We will focus on the question of the utility of this notion in the domain of the literature. Next we examine the concept of the interdisciplinarity in the tendencies properly characterizing the Canadian discourse of theory of literature. Firstly, we consider some epistemological questions conceming the distinction between the scientific object and the object of scientific knowledge. The latter imposes the task of probing into the relation between man, life and society, depending on whether the act ofknowing is biological, historical, logical, social, cultural and - why not ? - literary. Secondly, we highlight some Canadian methodological tendencies far cognitivizing literature.
Dans cette étude, nous nous proposons de montrer la manière dont l'emergence des paradigmes nouveaux (dont celui des sciences de la cognition), et l'abandon de la coupure entre sciences de la nature et sciences de l'homme peuvent conduire à modifier radicalement le paysage de la théorie littéraire. Afin de clarifier la nature de cette modification, nous ferons appel au contexte des sciences de la cognition qui se présentent comme creuset par excellence de plusieurs disciplines. Ce type d'assemblage servira de point de repère aux réflexions qui suivent. Nous nous interrogerons sur une éventuelle convergence entre les disciplines en vue d'obtenir une notion opérationnelle d'interdisciplinarité. Au centre de nos préoccupations sera placée la question de savoir dans quelle mesure cette notion pourra servir de façon significative dans le domaine des études sur la littérature. Il s'agira de cemer ce concept dans ses manifestations tendancieuses à partir des examens de quelques tentatives propres à la critique littéraire canadienne. Dans un premier temps, nous traiterons des préalables épistémologiques en insistant sur la distinction entre objet d'étude scientifique et objet d'étude relevant de la connaissance. Faire de la connaissance un objet de connaissance revient à problématiser la relation entre l'homme, la vie, la société, l'acte de connaissance étant biologique, logique, social, culturel, historique - et, pourquoi pas ? - littéraire. Dans un deuxième temps, nous ferons le point des tendances méthodologiques présentes dans la théorie littéraire canadienne pour en privilégier les essais qui s'attachent à "cognitiviser" la littérature.
Document
Reference:
[1] Andler, Daniel (ed.). Introduction aux sciences cognitives. Paris: Gallimard, 1993.

[2] Bonhnenkamp, D. «Physics and Literature». Mosaic, 23, (1990).

[3] Francoeur, Louis. Les signes s'envolent. Québec: Les Presses de l'Université Laval, 1985.

[4] Francoeur, Marie. Confrontations. Jalons pour une sémiosis comparative des textes littéraires. Québec: Editions de Naaman de Sherbrooke, 1985.

[5] Gardner, Howard. Histoire de la révolution cognitive. (trad. Jean-Louis Peytavin). Paris: Editions Payot, 1993.

[6] Kantra, R. A., «Practical Wisdom and Satiric Humor in Philosophic Fictions». Mosaic, 22,3, (1989).

[7] Lassègue, Jean. «La méthode expérimentale, la modélisation informatique». Intellectica, 1,22, (1996), 21-65.

[8] Létourneau, Jocelyn.«Passer á l'avenir. Actualiser la canadianité.». Gaffield, Chad et Gould, Karen L. (éds.) La distinction canadienneau tournant du XXI siècle. Ottawa: Les Presses de l'Universita d'Ottawa, 2003, 29-45.

[9] Moisan, Claude. Poesie des frontières. Étudeé comparée des poésies canadienne et québécoise. Montreal: Editions Hurtubise HMH, 1979.

[10] Moser, Walter. «La littérature, un entrep ôt de savoirs?» TLE, 10, (1992), 39-57.

[11] Pierssens, Michel. Savoirs á l’oeuvre. Essais d'épistémocritique. Lilie: Presses Universitaires de Lilie, 1990.

[12] Pierssens, Michel, «Présentation», TLE, 11, (1993).

[13] Prigogine, Ilya, Stengers, Isabelle. La nouvelle alliance. Métamorphose de la science. Paris: Gallimard, 1986.

[14] Raccah, Pierre-Yves. «A "Child's" Identity Problem: The Complex Development of a Cognitive Science». World Futures, 42, (1994), 79-83. | DOI 10.1080/02604027.1994.9972500

[15] Shusterman, Ronald. «Fiction, connaissance, epistemologie». Poétique, 104, (1995), 503-518.

[16] Substance, 71-72, speciálissue, Épistémocritique, 1993 eds. Noëlle Batt and Michel Pierssens, (version anglaise de TLE 11).

[17] Swirski, P. «Literary Studies and Literary Pragmatics: The Case of 'The Purloined Letter"». Mosaic, 22,3, (1989).

[18] Turner, Mark. Death is the Mother of Beauty. Chicago and London: The University of Chicago Press, 1987.

[19] Vignaux, Georges. Les sciences cognitives. Paris: Editions de la Découverte, 1991.