Une modernité québécoise : le cas de Jacques Ferron