Pour en finir avec : lecture des pièces Le vrai monde? de Michel Tremblay et Le Chien de Jean Marc Dalpé

Source document: The Central European journal of Canadian studies. 2012, vol. 8, iss. [1], pp. 103-112
Extent
103-112
  • ISSN
    1213-7715 (print)
    2336-4556 (online)
Type
Article
Language
French
License: Not specified license
Rights access
embargoed access
Abstract(s)
Le présent article traite tout particulièrement du lien entre père et fils présenté dans les pièces Le vrai monde? (1987) de Michel Tremblay et Le Chien (1988) de Jean Marc Dalpé. Bien que traitant tous deux le thème de l'incommunicabilité et du conflit des générations au sein d'une famille francophone canadienne, chacun des auteurs a créé une réalité à part en introduisant la figure de l'artiste ou du rêveur, qui impose une autre façon de communiquer à travers le langage de l'art. Ainsi ces deux textes se distinguent-ils également par leur refus du théâtre réaliste et psychologique.
This paper will focus upon analyzing the father-son relationship in two plays: The Real World? (1987) by Michel Tremblay and The Dog (1988) by Jean Marc Dalpé. In spite of the psychological profile of the incommunicability and the generation gap in a typical middle-class Francophone Canadian family, both dramatists, by introducing the figure of an artist or a dreamer, create in fact a separate reality and impose another kind of communication through the language of art. In this way, both playwrights reject the dominant realistic and psychological theatre.
Document
References:
[1] Dalpé, Jean Marc. Le chien , Prise de parole, Subury 2003.

[2] Desjardins, Nancy; Ploudre, Mélanie. 400 ans de théâtre au Québéc , Beauchemin, Montréal, 2008.

[3] Fréchette, Carole. « Grandeur et misère. Le retour du père sur la scène québécoise », Cahiers de théâtre Jeu 45 (1987): 16-35. Presse.

[4] Fréchette, Carole. « Les femmes de Tremblay et l'amour des hommes », Cahiers de théâtre Jeu 47 (1988): 90-94. Presse.

[5] Girard, René. Des choses cachées depuis la fondation du monde , Grasset, Paris, 1978. Presse.

[6] Godin, Jean Cléo; Lafon, Dominique. Dramaturgie québécoise des années quatre-vingt , Leméac, Ottawa, 1999.

[7] Lefebvre, Paul. « La dramaturgie québécoise depuis 1980 », Théâtre/Public 117 (1994): 46-48). Presse.

[8] L'Hérault, Pierre. « L'américanité dans la dramaturgie québécoise. Constantes et variations » dans Beauchamp, Hélène; David, Gilbert (éds.). Théâtres québécois et canadiens-français au XXe siècle, Sainte-Foy, Presses de l'Université du Québec, 155-179. Presse.

[9] O'Neill-Karch, Mariel. « Préface » dans Dalpé, Jean Marc. Le chien, Prise de parole, Subury 2003, 7-19.

[10] Robert, Lucie. « Le grand récit féminin ou de quelques usages de la narrativité dans les textes dramatiques de femmes » dans Hébert, Chantal; Perelli-Contos, Irène (éds.). La narrativité contemporaine au Québec. Le Théâtre et ses nouvelles dynamiques narratives, Les Presses de l'Université Laval, 2004, 61-85. Presse.

[11] Ryngaert, Jean-Pierre. Lire le théâtre contemporain , Dunod, Paris, 1993. Presse.

[12] Sauvé, Mathieu-Robert. Échecs et Mâles , Les Intouchables, Montréal, 2005.

[13] Tremblay, Michel. Le vrai monde? , Leméac, Ottawa, 1989. Presse.

[14] Vaïs, Michel. « Un territoire de travail. Entretien avec Jean Marc Dalpé », Cahiers de théâtre Jeu 114 (2005): 134-135. Presse.

[15] W. Loewald, M.D. Hans. « Moi et réalité », Revue française de psychanalyse, Vol. 75 (2011/2): 349-365. Presse.

[16] Yotova, Rennie. « Incommunicabilité, violence et dislocation sociale dans l'œuvre de Michel Tremblay », dans Diversité culturelle et cohésion sociale: l'expérience canadienne. 5e Colloque International des Canadianistes de l'Europe Centrale, Université Masaryk, Brno, 2010, 451-458. Presse.