Nous, cette "étrange Troisième Personne"

Zdrojový dokument: The Central European journal of Canadian studies. 2006, roč. 5, č. [1], s. [111]-121
Rozsah
[111]-121
  • ISSN
    1213-7715 (print)
    2336-4556 (online)
Type: Článek
Jazyk
francouzsky
Licence: Neurčená licence
Abstrakt(y)
This paper is concerned with tne possible relationship between commitment, writing and utopia. We approach the question as it surfaces in the 1980s in two books written by Paul Chamberland. Accordingly, in our view an utterance is committed if it refers to a particular anthropological identity, that is an explicit consciousness of belonging to a community. In other words, the poet's attitude, like that of the intellectual, is determined by his adherence to a given society in such a way that the pronoun "we" becomes a proper noun (We). The discourse of the essay being as it is both poetical and philosophical fits well an approach which is meant to be the collectivity proper to the situation in Quebec.
Not re réflexion s'inscrit dans le cadre d'une problématique concernant les rapports entre engagement, écriture et utopie. Nous étudierons la question telle qu'elle apparaît, dans les années 80, en deux ouvrages signés Paul Chamberland. Dans cette optique, l'énonciation engagée consiste à faire appel à une identité anthropologique, conscience explicite de l'appartenance à la société. En d'autres termes, l'attitude du poète - mais aussi celle de l'intellectuel - est conditionnée par son appartenance à la société de te telle sorte que le pronom nous devient un nom propre (Nous). Le genre discursif caractérisant l'essai, mélange du poétique et du philosophique, nous permettra de dégager un aménagement collectifpropre à un contexte québécois.
Document
Reference:
[1] Andrès, Bernard. Utopies en Canada, 1545-1845. (en collaboration avec Nancy Desjardins). Montreal: Université du Québec à Montreal, Figura, textes et imaginaires, 3, 2001.

[2] Bloch, Ernst. L'esprit de l'utopie. Paris: Gallimard, 1964. (trad. Anne-Marie Lang et Catherine Piron-Audard).

[3] Bromberger, Christian. «Pour une analyse anthropologique des noms de personnes». Langages, 66, (1982), 103-124. | DOI 10.3406/lgge.1982.1127

[4] Cambron, Micheline. «Récit et identité narrative. Fragment, totalisation, apories. Étude des récits de Michel Tremblay et de Gilles Archambault», Quebec Studies, 28, (1999/2000), 147-157. | DOI 10.3828/qs.28.1.147

[5] Cambron, Micheline. «Introduction». Le Journal Le Canadien, Littérature, espace public, utopie 1836-1845, Montreal: Fides, 1999.

[6] Chamberland, Paul. Un parti pris anthropologique. Montreal: Parti Pris, 1983a.

[7] Chamberland, Paul. Le recommencement du monde. Longueil: le Preambule, 1983b.

[8] Chamberland, Paul et al. (ed.). Poesie et politique: mélanges offerts en hommage à Michel van Schendel. Montreal: Hexagone, 2001.

[9] Chesneaux, Jean. L'engagement des intellectuels, 1944-2004. Toulouse: Privat, 2004.

[10] Denis, Benoît. Littérature et engagement. Paris: Seuil, 2000.

[11] Forget, Danielle. (ed.). «L'Énonciation identitaire: entre l'individuel et le collectif», Discours Social, n° spécial, 2004.

[12] Funke, Hans-Gunter. «Die semantische Entwicklung des Utopiebegriffs vom XVI. Bis zum XX. Jahrhundert». Zeitschrift für Französische Sprache und Literatur, 113, (2003).

[13] Lamontagne, André. Le roman québécois contemporain. Lavoix sous les mots. Montreal: Fides. 2004.

[14] Letourneau, Jocelyn. «La langue comme lieu de mémoire et lieu de passage» à paraître.

[15] Münster, Arno. Figures de l'utopie dans la pensée d'Ernst Bloch. Paris: Aubier, 1985.

[16] Scherer, René. «La formulation actuelle de l'utopie». Chimères, 2, (1990), 113-136.

[17] Simonffy, Zsuzsa. «D'un engagement à l'autre ou comment laisser parler une instance autre». Discours Social, n° special, 2004, 243-260.

[18] Simonffy, Zsuzsa. «Les avatars de l'identité». Central European Journal of Canadian Studies / Revue d'Études Canadiennes en Europe Centrale , 4, (2004).