"Énigme de Montréal" : l'exil de Dany Laferrière

Variant title
"Enigma of Montreal" : Dany Laferrière's exile
Source document: Études romanes de Brno. 2017, vol. 38, iss. 1, pp. 57-68
Extent
57-68
  • ISSN
    1803-7399 (print)
    2336-4416 (online)
Type
Article
Language
French
License: Not specified license
Abstract(s)
L'article « Énigme de Montréal » – l'exil de Dany Laferrière se veut une analyse des images de Montréal dans les romans de Dany Laferrière où la ville figure tel un lieu d'exil de personnages à forte dimension autobiographique. Dany Laferrière, écrivain québécois d'origine haïtienne, est arrivé à Montréal en 1976. Non seulement dans ses premiers romans aux titres provocants, mais aussi dans les oeuvres où il revoit son séjour montréalais, telles que la Chronique de la dérive douce et son pendant, L'Énigme du retour, il exprime en tant que narrateur-immigrant ses rapports avec la ville de Montréal, ses sentiments cristallisant au cours des années durant lesquelles il essayait de comprendre cette ville si différente de Port-au-Prince qui avait formé sa jeunesse. En premier lieu, chaque immigrant est surpris par un nouvel espace et son caractère physique. En s'adaptant au climat, on s'adapte aux habitudes des gens qui, pour un Haïtien, sont également surprenantes. L'ironie qui est propre au style de Laferrière n'épargne ni la société québécoise ni les défauts politiques ainsi que sociaux de l'époque. Il se moque de « deux solitudes » en y ajoutant une troisième et en soulignant la condition de l'immigrant et du Noir. Laferrière fait se contraster l'ouverture de la ville avec les murs en tant que frontières entre les hommes. Mais Montréal possède également d'autres facettes. La ville est un lieu de culture où l'on peut trouver ses amis et compatriotes de la république des lettres. Cet article a pour but de répondre à la question quelles sont les différentes formes dans la construction du rapport entre l'immigrant et sa ville d'accueil.
The aim of the article "Enigma of Montreal" – Dany Laferrière's exile is to analyze the picture of Montreal in Dany Laferrière's novels where this city is presented as a place of exile of several characters having a strong autobiographic dimension. Dany Laferrière, Quebecois writer of Haitian origin, arrived to Montréal in 1976. Not only in his first novels of provocative titles, but especially in the works where he later reconsiders his stay in Montreal, first of all Chronique de la dérive douce, and also the matching novel to it, L'Enigme du retour, he expresses his relations towards the city of Montreal as a narrator-immigrant, whose feelings crystallized during the years when he tried to understand the Canadian city, so different from Port-au-Prince, his native town that had influenced his young age. In the beginning of exile every immigrant is surprised by a new space and its physical character. Everything is so different for an immigrant coming from Haiti – the adjustment to the climate is connected with the adjustment to a new culture and people's habits. Laferrière's ironical style and his satirical pictures target Canadian society criticizing its political and social problems. He is laughing at the two solitudes adding a third one, that of a black immigrant. Laferrière points out contrasts between the open character of the city with walls and barriers between people. Nevertheless, the city of Montreal has even another face. It's a city of culture and the immigrant can find there friends and compatriots of the republic of literature. The only way how to live in this city is to adjust and build relations with the new, adopted place.
Document
References:
[1] Benalil, M. (2007). La fictionnalisation de la négritude dans Comment faire l'amour avec un Nègre sans se fatiguer de Dany Laferrière : ses au-delà et ses limites . Etudes en littérature canadienne, 32, 1. https ://journals.hil.unb.ca/index.php/scl/article/view/5819/10712

[2] Bhabha, H. K. (2012). Místa kultury . Praha : Tranzit.

[3] Certeau, M. (1990). L'invention du Quotidien. 1. Arts de faire . Paris : Gallimard.

[4] Den Toonder, J. (2006). Espace littéraire et voyage identitaire dans l'écriture migrante au Québec. Ying Chen, Dany Laferrière et Régine Robin . In Morency, J., den Toonder, J., & J. Lintvelt (Eds.), Romans de la route et voyages identitaires (pp. 129–150). Québec : Nota bene.

[5] Duclos, H. de B. et G. Sacrée montagne . <www.nfb.ca/film/sacree-montagne-la-metaphore-de-montreal>.

[6] Glissant, E. (1996). Introduction à une poétique du Divers . Paris : Gallimard.

[7] Harel, S. (1989). Le Voleur de parcours : identités et cosmopolitisme dans la littérature québécoise contemporaine . Montréal : Le Préambule.

[8] Harel, S. (2005). Les passages obligés de l'écriture migrante . Montréal : XYZ.

[9] Kyloušek, P., Kolinská, K., Prajznerová, K., Pospíšil, T., Voldřichová-Beránková, E., & Horák, P. (2009). My-oni-já- Hledání identity v kanadské literatuře a filmu . Brno : Host.

[10] Laferrière, D. (1985). Comment faire l'amour avec un Nègre sans se fatiguer . Montréal : VLB éditeur.

[11] Laferrière, D. (1993). Cette grenade dans la main du jeune Nègre est-elle une arme ou un fruit? Montréal : VLB éditeur.

[12] Laferrière, D. (1996). Un homme à trois morceaux . Tribune juive, 13, 18–22.

[13] Laferrière, D. (1997). Le charme des après-midi sans fin . Montréal : Lanctôt Éditeur.

[14] Laferrière, D. (2000). Le cri des oiseaux fous . Montréal : Lanctôt Éditeur.

[15] Laferrière, D. (2005). Les années 80 dans ma vieille Ford . Montréal : Mémoire d'encrier.

[16] Laferrière, D. (2009). L'Énigme du retour . Montréal : Boréal.

[17] Laferrière, D. (2012). Chronique de la dérive douce . Montréal : Boréal.

[18] MacLennan, H. (1945). Two Solitudes . Toronto, New York and Des Moines : Duell, Sloan & Pearce.

[19] Mathis-Moser, U. (2003). Dany Laferrière. La dérive américaine . Montréal : VLB éditeur.

[20] Moisan, C. (2008). Écritures migrantes et identités culturelles . Montréal : Nota bene.

[21] Ouellet, P. (2002). Identités narratives. Mémoire et perception . Québec : Les Presses de l'Université Laval.

[22] Ouellet, P. (2000). Poétique du regard. Littérature, perception, identité . In Littérature, perception, identité. Limoges/Québec : Pulin/Septentrion.

[23] Paré, F. (2003). La distance habitée . Ottawa : Le Nordir.

[24] Simon, S. (1992). La culture en question . In Gauvin, L., & F. Marcato Falzoni (Éds.), L'Âge de la prose. Romans et récits québécois des années 80 (pp. 51–65). Montréal : VLB.

[25] Sroka, G. (2010). Dany Laferrière : Chronique de la dérive douce. Conversations avec Dany Laferrière . In Montréal : La Parole Métèque (pp. 37–49). http ://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/laferriere_derive.html