Paris et ses banlieues dans les romans de Faïza Guène et Rachid Djaïdani

Variant title
Paris and its suburbs (banlieues) in Faïza Guène and Rachid Djaïdani's novels
Source document: Études romanes de Brno. 2018, vol. 39, iss. 1, pp. 7-19
Extent
7-19
  • ISSN
    1803-7399 (print)
    2336-4416 (online)
Type
Article
Language
French
License: Not specified license
Abstract(s)
Dans son ouvrage La capitale des signes. Paris et son discours (2002), Karlheinz Stierle souligne que Paris est la première grande ville moderne à avoir engendré un grand mythe urbain cohérent, dynamique et riche en perspectives. Crystel Pinçonnat et Chantal Liaroutzos dans Paris, cartographies littéraires (2007) montrent le caractère profondément hétérogène de la capitale et de son imaginaire. Renvoyant à la « géocritique » (Westphal 2000 ; 2007) et à la métaphore spatiale de la « cartographie littéraire » (Pinçonnat – Liaroutzos 2007), en guise de méthode qui convient à l'étude d'un espace urbain hétérogène sur lequel se pose une multiplicité de regards focalisateurs, nous proposons une étude d'identification des espaces de lisibilité de la ville dans quelques romans contemporains d'auteurs français issus de l'immigration : Faïza Guène (Kiffe kiffe demain, 2004 ; Du rêve pour les oufs, 2006 ; Les gens du Balto, 2008) et Rachid Djaïdani (Boumkoeur, 1999 ; Mon nerf, 2004 ; Viscéral, 2007). Ce travail vise à analyser des représentations littéraires que Guène et Djaïdani ont offertes de Paris et de sa banlieue dans leurs romans. Le rapport à l'espace urbain est une constante dans la vie des personnages de ces romans, souvent d'origine immigrée. Les images spécifiques de la capitale et de ses banlieues dans les romans de Guène et Djaïdani contribuent aux transformations de conscience de la ville et contestent l'image mythifiée de Paris.
In his book La capitale des signes. Paris et son discours (2002) Karlheinz Stierle explains that Paris is the first big modern city that has generated a coherent urban myth. That myth is dynamic and abounds in different perspectives. Crystel Pinçonnat and Chantal Liaroutzos in their book Paris, cartographies littéraires (2007) point out to the profoundly heterogeneous character of the French capital and its imagery. Relying on the spatial metaphor of the "cartographie littéraire" (Pinçonnat – Liaroutzos 2007) and the geocriticism (Westphal 2000; 2007), this paper deals with the literary representation of Paris and its suburbs (banlieues) in the novels written by the two French writers of immigrant origin: Faïza Guène (Kiffe kiffe demain, 2004 ; Du rêve pour les oufs, 2006 ; Les gens du Balto, 2008) and Rachid Djaïdani (Boumkoeur, 1999; Mon nerf, 2004; Viscéral, 2007). The complex relationship with the urban space in which the action is taking place is a constant in the life of the characters. The novels express the sense of the marginalization of the habitants of the banlieues within the French society. By presenting the communal spirit and affiliation, they refute the stereotypes of the banlieues as place of violence and crime. The images of Paris and its suburbs in the novels of Djaïdani and Guène contribute to the transformation of the mythic image of Paris.
Document
References:
[1] Bancquart, M.-C. (2006). Paris dans la littérature française après 1945 . Paris: Éditions de la Différence.

[2] Bronner, L. (2010). La loi du ghetto. Enquête sur les banlieues françaises . Paris: Calmann-Levy.

[3] Caillos, R. (1938). Paris, mythe moderne . In Le mythe et l'homme (pp. 150–171). Paris: Gallimard.

[4] Charef, M. (1983). Le thé au harem d'Archi Ahmed . Paris: Mercure de France.

[5] Citron, P. (1961). La poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau a Baudelaire . Paris: Éditions de Minuit.

[6] De Certeau, M. (1990). L'invention du quotidien . Paris: Gallimard.

[7] Djaïdani, R. (1999). Boumkoeur . Paris: Les Éditions du Seuil.

[8] Djaïdani, R. (2004). Mon nerf . Paris: Les Éditions du Seuil.

[9] Djaïdani, R. (2007). Viscéral . Paris: Les Éditions du Seuil.

[10] Frayer, A.; & Vincent, E. (2011). ZUS: un habitat sur deux est issu de l'immigration . Le Monde, 2 novembre 2011, 11.

[11] Guène, F. (2004). Kiffe kiffe demain . Paris: Hachette Littératures.

[12] Guène, F. (2006). Du rêve pour les oufs . Paris: Hachette Littératures.

[13] Guène, F. (2008). Les Gens du Balto . Paris: Hachette Littératures.

[14] Hargreaves, A. G. (1991). Voices from the North African Immigrant Community in France: Immigration and Identity in Beur Fiction . Oxford/New York: Berg.

[15] Hargreaves, A. G. (2014). De la littérature 'beur' à la littérature de 'banlieue': des écrivains en quête de reconnaissance . Africultures, 97, 144–149. | DOI 10.3917/afcul.097.0144

[16] Highonnet, P. (1999). Les mythes de Paris, des Lumières au surréalisme . Paris: Collège de France.

[17] Horvath, C. (2007). Le roman urbain contemporain en France . Paris: Presses Sorbonne Nouvelle.

[18] Laronde, M. (1993). Autour du roman beur . Paris: Harmattan.

[19] Papieau, I. (1996). La construction des images dans les discours sur la banlieue parisienne : pratiques et production esthétiques . Paris: Harmattan.

[20] Pinçonnat, C.; & Liaroutzos, C. (2007). Paris, cartographies littéraires . Paris: Le Manuscrit.

[21] Ronai, S. (2004). Paris et sa banlieue: je t'aime, moi non plus . Hérodote, revue de géographie et géopolitique, 113, 28–47.

[22] Sedel, J. (2009). Les medias & La banlieue . Paris: Le Bord de l'eau.

[23] Stierle, K. (2002). La capitale des signes. Paris et son discours . Paris: Éditions de la Maison des sciences de l'homme.

[24] Tarr, C. (2005). Reframing difference. Beur and banlieue filmmaking in France . Manchester: Manchester University Press.

[25] Van Waerbeke, J. (1996). La poétique spatiale des représentations de la banlieue de Paris . Géographie et Cultures, 19, 51–78.

[26] Westphal, B. (2000). Pour une approche géocritique des textes. Esquisse . In La géocritique mode d'emploi (pp. 9–39). Limoges: Presses universitaires de Limoges.

[27] Westphal, B. (2007). La géocritique. Réel, fiction, espace . Paris: Les Éditions de Minuit.