Le paysage montréalais dans La Brûlerie d'Émile Ollivier

Variant title
The Montreal landscape in Émile Ollivier's La Brûlerie
Author: Kyloušek, Petr
Source document: Études romanes de Brno. 2017, vol. 38, iss. 1, pp. 45-56
Extent
45-56
  • ISSN
    1803-7399 (print)
    2336-4416 (online)
Type: Article
Language
French
License: Not specified license
Abstract(s)
Émile Ollivier est un des auteurs de la diaspora haïtienne et un de ceux qui appartiennent désormais à la littérature montréalaise et québécoise. Son oeuvre illustre la complexité de la situation identitaire liée à l'émigration et à l'insertion (ou à l'absence d'insertion) dans les espaces civilisationnels d'accueil. La Brûlerie est un des romans qui accorde à l'espace et à l'identité spatialisée une attention particulière. Située au pied du Mont-Royal, avec vue sur le Lac Saint-Louis et le Saint-Laurent, tel un port au bord de la mer des Caraïbes, La Brûlerie est cet endroit hybride, proche de l'hétérotopie foucaultienne, où se côtoie le passé haïtien avec le présent multiple de la postmodernité et à partir duquel se déploie la sensibilité identitaire postmoderne – rhizomatique – de l'auteur.
Émile Ollivier, one of the authors of the Haitian diaspora, belongs to the Montreal and Quebec literature since the sixties. His work illustrates the complexity of the identity situation related to migration and integration (or to lack of insertion) in a host civilizational spaces. La Brûlerie is one of the novels that pay a special attention to space and spatial identity. Located at the foot of Mont-Royal, overlooking St. Louis Lake and St. Lawrence River, as if it were a port facing the Caribbean Sea, the café La Brûlerie is a hybrid place, an ideal Foucault's heterotopia. The past of Haiti crosses a miscellaneous, postmodern present from which the author's rhizomatic sensibility arises.
Document
References:
[1] Ollivier, É. (1987). Être d'ici. Nuit blanche, le magazine du livre, 28, 46–47.

[2] Ollivier, É. (2001). Repérages. Ottawa : Leméac.

[3] Ollivier, É. (2001). Autoportrait en cheval fou. Lettres québécoises : la revue de l'actualité littéraire, 102, 7.

[4] Ollivier, É. (2004). La Brûlerie. Montréal : Boréal.

[5] Ollivier, É. (2002). L'enracinement et le déplacement à l'épreuve de l'avenir. Études littéraires, 34, 3, 87–97. | DOI 10.7202/007760ar

[6] Février, G. (2009). Entrevue avec Émile Ollivier. Québec français, 152, 74–75.

[7] Foucault, M. (1984). Des espaces autres. Architecture, Mouvement, Continuité, 6 (octobre), 46–49.

[8] Deleuze, G. (1975). Kafka, pour une littérature mineure. Paris : Minuit.

[9] Jonassaint, J. (1992). Émile Ollivier : Écrire pour soi en pensant aux autres. Lettres québécoises : la revue de l'actualité littéraire, 65, 13–15.

[10] Linhartová, V. (1994). Pour une ontologie de l'exil. Atelier du roman, 2 (mai).

[11] Lotman, J. M. (1990). Štruktúra umeleckého textu. Bratislava : Tatran. (Édition russe : Struktura chudožestvennogo teksta, Moskva : Iskusstvo, 1970.)

[12] Pauyo, É. (2002). L'exil et le royaume : entretien avec Émile Ollivier. Spirale : arts, lettres, sciences humaines, 182, 8–9.

[13] Péan, S. (2001). Émile Ollivier : entre nostalgie et lucidité. Lettres québécoises : la revue de l'actualité littéraire, 102, 11–12.

[14] Péan, S. (2003). Émile Ollivier (1940–2002) : peindre le passage. Lettres québécoises : la revue de l'actualité littéraire, 109, 7.

[15] Selao, C. (2005). Roman de l'exil et exil du roman. Ouvrages recensés : La Brûlerie d'Émile Ollivier, Boréal, 246 p. ; La ligne gothique de Fulvio Caccia, Triptyque, 153 p. Spirale : arts, lettres, sciences humaines, 201, 16–17.

[16] Spear, T. C. (2002). Émile Ollivier : enracinerrant de Notre-Dame-de-Grâce. Études littéraires, 34, 3, 15–27. | DOI 10.7202/007754ar

[17] Voldřichová Beránková, E. (2004). La topographie de la mort chez Patrick Modiano. In Rencontres françaises – Brno 2003. Brno : Masarykova univerzita.