L'impossible retour de Kossi Efoui : quand les racines africaines deviennent fantômes

Variant title
The impossible journey home of Kossi Efoui's Solo d'un revenant, or the Destruction of the African roots
Author: Lafleur, Maude
Source document: Études romanes de Brno. 2017, vol. 38, iss. 1, pp. 123-132
Extent
123-132
  • ISSN
    1803-7399 (print)
    2336-4416 (online)
Type: Article
Language
French
License: Not specified license
Abstract(s)
À l'approche du XXIe siècle, la littérature africaine francophone se développe autour d'un schème principal : celui de la migration. Sachant que la plupart des auteur.e.s publié.e.s durant cette période vivent à l'extérieur du continent, principalement en France, la place que prend l'expérience de l'émigration n'est pas surprenante. On appelle ce nouveau courant littéraire la migritude. Même si le togolais Kossi Efoui est souvent associé à ce courant littéraire, les migrations qu'il met en scène semblent bien plus problématiques qu'une émigration transcontinentale typique et, par conséquent, elles soulèvent les importantes questions du rapport au passé et au futur, à la mémoire, de même qu'à la vie et à la mort. Dans cet article, nous étudierons le retour tel qu'il est représenté dans Solo d'un revenant (2008) de Kossi Efoui afin de dévoiler quelle vision de l'Afrique se révèle au fil des pages.
At the turn of the 21st century, African literature of French expression evolves around a principal theme, that of migration. Knowing that a majority of these writers do not choose to live in their native country, but rather move to Europe, France more specifically, that propensity to write about their experience of migration is not surprising. The new literary movement that emerges during those years is thus called migritude. Even though Togolese author Kossi Efoui is often associated with that movement, the kind of migration he chooses to depict seems to be more complex than a typical transcontinental emigration and, therefore, raises important matters such as the relationships one develops to the past and the present, memory and history, and even life and death. This paper will explore the return home as it is represented in Kossi Efoui's Solo d'un revenant (2008) and will try to shed a light on the vision of Africa that the novels vehicles.
Document
References:
[1] Bhabha, H. K. (2007 [1994]). Les lieux de la culture : une théorie postcoloniale. Paris : Payot.

[2] Bocco, A. (2013). Kossi Efoui ou la perspective d'un nouvel engagement : le pouvoir d'exorcisme de l'ecriture dans Solo d'un revenant et L'ombre des choses à venir. PhD diss., University of Tennessee, URL: http://trace.tennessee.edu/utk_graddiss/1697

[3] Chevrier, J. (2004 [1974]). La littérature nègre. Paris : Armand Colin.

[4] Chevrier, J. (2008). La littérature africaine : une anthologie du monde noir. Paris : Librio.

[5] Delvaux, M. (2005). Histoires de fantômes – spectralité et témoignage dans les récits de femmes contemporains. Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal. ProQuest ebrary. Web. 12 March 2015

[6] Efoui, K. (2008). Solo d'un revenant. Paris : Seuil.

[7] Foucault, M. (1984). Des espaces autres (conférence au Cercle d'études architecturales, 14 mars 1967), Architecture, Mouvement, Continuité, 5. http://desteceres.com/heterotopias.pdf

[8] Foucault, M. (1993). Surveiller et punir : naissance de la prison. Paris : Gallimard.

[9] Foucault, M. (2004). Sécurité, territoire, population, Cours au Collège de France. 1977–1978. Paris : Seuil.

[10] Gil, J. (1985). Métamorphoses du corps, coll. Essais. Paris : Éditions de la Différence.

[11] Gordimer, N. (1988). Where Do Whites Fit In? In The Essential Gesture : Writing, Politics and Places. Londres : J. Cape.

[12] Lavigne, S. (2011). De la négritude à la migritude : une analyse sociologique de la littérature de l'Afrique francophone. Thèse. Université du Québec à Montréal, Doctorat en sociologie.

[13] Lebris, M., & Rouaud, J. (2007). Pour une littérature-monde. Paris : Gallimard.

[14] Moura, J.-M. (1999). Littératures francophones et théories postcoloniales. Paris : PUF.