Le verbal et le paraverbal dans le théâtre d'Arthur Adamov

Title: Le verbal et le paraverbal dans le théâtre d'Arthur Adamov
Variant title:
  • The verbal and the paraverbal in Arthur Adamov's theater
Author: Kristeva, Irena
Source document: Études romanes de Brno. 2022, vol. 43, iss. 2, pp. 229-247
Extent
229-247
  • ISSN
    1803-7399 (print)
    2336-4416 (online)
Type: Article
Language
 

Notice: These citations are automatically created and might not follow citation rules properly.

Abstract(s)
Cette étude est focalisée sur l'écriture scénique d'Arthur Adamov, telle qu'elle se présente dans un corpus constitué de quatre pièces : La Parodie, L'Invasion, La grande et la petite manœuvre, Tous contre tous. À partir de l'analyse du discours des personnages, révélateur de leurs névroses individuelles, en passant par l'incommunicabilité comme un symptôme de leur malaise existentiel, elle cherche à démontrer la parité du verbal et du paraverbal dans la dramaturgie adamovienne. L'objectif est de prouver que, dans ce projet de spectacle total, la polysémie du représenté connote un monde absurde ; que l'absurdité de la condition humaine est reprise pour mettre en évidence les tourments intérieurs d'un être désorienté, désemparé, disloqué ; que la déthéâtralisation inaugure la déterritorialisation d'un théâtre poreux et protéiforme.
This study focuses on Arthur Adamov's scenic writing in a corpus of four plays: La Parodie, L'Invasion, La grande et la petite manœuvre, Tous contre tous. On the basis of the characters' discourse as being revealing of their individual neuroses, through incommunicability as a symptom of their existential malaise, it seeks to demonstrate the parity of the verbal and the paraverbal in the Adamovian dramaturgy. The aim is to prove that, in this project of total performance, the polysemy of what is represented connotes an absurd world; that the absurdity of the human condition is resumed to highlight the inner torments of a disoriented, distraught and dislocated being; that the detheatralization inaugurates the deterritorialization of a porous and protean theatre.